Arrêter de s’interdire l’échec

Bonjour toi,

Tu t’es déjà surprise à te figer avant de passer à l’action, par crainte de ce qui pourrait éventuellement se produire ensuite ? Oui, je parle de se priver de faire quelque chose par peur d’une potentielle conséquence, qui est le produit de ton imagination. Par exemple : postuler au job de tes rêves puis te raviser, convaincue que tu n’auras jamais le poste, ou encore créer ton entreprise, convaincue qu’elle est déjà foutue d’avance, ou encore aller aborder quelqu’un avec qui tu aimerais avoir une relation, convaincue qu’on t’enverra sur les roses…

Nombreuses sont les situations où, par pure anticipation et crainte injustifiée, tu te freines seule dans une action, te bloquant toi-même et te maintenant là où tu es. Et te faisant par la même occasion ressentir un puissant sentiment de culpabilité. J’ai nommé : la peur de l’échec.

« Je suis nulle », « Je n’y arriverai pas », « Je n’ai aucune chance d’y parvenir », ou encore « Ce n’est même pas utile que j’essaie, c’est fichu d’avance… ».

Pourtant, pour se trouver, pour trouver ta place et aller vers ta zone d’apprentissage, il est non seulement inévitable mais surtout important de sortir de ta zone de confort et d’oser faire des choses nouvelles. Au risque de te planter complètement, oui.

Car qu’on se le dise, il est impossible d’apprendre sans se tromper, impossible de grandir sans faire fausse route, impossible de s’épanouir sans oser. Les risques font partie du jeu et il faut composer avec cette peur de l’échec. Car cela va de soi, tu ne peux pas toujours t’empêcher d’avoir peur d’échouer. C’est un sentiment naturel. Mais tu peux au moins avoir une sérieuse conversation avec cette peur, en lui demandant pour une fois de te laisser te faire ta propre expérience. La peur sera toujours tapie au fond de toi, prête à reprendre la première place, mais en l’acceptant et en travaillant sur tes capacités plutôt que sur cette peur, tu peux vraiment faire la différence.

Tu as le droit de te tromper, et plus encore, tu as besoin de te tromper pour te connaître, pour savoir ce qui te rend heureuse ou pas. Tu as besoin de faire des expériences infructueuses pour identifier le chemin que tu dois suivre. Tu as besoin par ailleurs, aussi, de te tromper de chemin pour te rendre compte quel était le bon. Bien sûr, recommencer est pénible. Bien sûr, cela demandera des efforts supplémentaires pour rectifier le tir et ne pas reproduire tes erreurs, mais il est important que tu comprennes qu’en plus d’être profitables, ces erreurs sont parfois nécessaires. Il est temps que tu acceptes de te tromper. N’aie pas peur de mal faire. C’est NA-TU-REL ! Celui qui te dit qu’il ne se trompe jamais… ne fait sans doute pas grand-chose de ses dix doigts !

La peur de l’échec est dans la plupart des cas liée à un traumatisme vécu dans le passé, un échec grave ou de puissantes moqueries. En grandissant, tu as stocké précieusement tous ces souvenirs, prêts à te rappeler ce à quoi tu t’exposes à chaque fois que tu veux te lancer dans une action quelle qu’elle soit. De la même façon, nous vivons dans une société où le moindre faux pas est allègrement pointé du doigt. Tout le monde doit être parfait et le plus vite possible dès l’enfance. La place faite à l’erreur est mince. Vraiment très mince. Presque invisible même. Il n’y a qu’à prendre comme exemple les enfants en classe : tu te souviens toi aussi comme ça pouvait pouffer de rire quand tu répondais à côté de la plaque quand tu étais petit ? Voilà. Se tromper est mal. Se tromper est ridicule. Et cette façon de voir les choses nous est enseignée depuis toujours. Engendrant en toi la peur du jugement de l’autre, en plus de la peur de l’échec. Sympa non ?

 Mais alors, comment surmonter cette peur de l’échec et enfin s’autoriser à se dépasser ?

Pour surmonter ta peur de l’échec et aller vers tes rêves, tu vas devoir faire appel à une notion qui bien souvent n’est pas ta super copine, mais qui là, vraiment, peut t’aider à déplacer des montagnes : la confiance en soi. Bien développée et travaillée au quotidien, la confiance en toi peut t’aider à te recentrer sur ta valeur, sur tes compétences et sur les multiples possibilités qui s’offrent à toi.

Evidemment, si cette peur de l’échec te paralyse au quotidien au point de te placer dans une véritable souffrance, un suivi thérapeutique peut être bénéfique pour retrouver la confiance en soi et l’estime de soi nécessaires. En revanche, si tu n’en es pas là, voici trois points sur lesquels tu peux travailler pour te booster et t’autoriser à te tromper, mais aussi enfin t’autoriser à vivre pleinement :

  • Repère tes blocages : en identifiant clairement tes peurs et le moment (ou les situations) où elles interviennent, tu peux les chasser en les anticipant. Attention, ça ne prend pas 2 jours ce genre de choses, mais avec un vrai travail de développement personnel, tu peux y arriver. Crois en tes capacités !
  • Reste toi-même : ton authenticité fais ce que tu es. En te privant de faire certaines choses ou en agissant comme les gens voudraient que tu agisses, tu fais l’impasse sur tes propres envies et ta personnalité. Alors reste toi-même et prends plaisir à aller vers chaque chose qui te fait envie. Le monde a besoin de ton talent. Et puis, tu ne pourras jamais plaire à tout le monde, jamais ! Plais-toi à toi-même d’abord, c’est vraiment le principal.
  • Souviens-toi comme chaque échec peut t’apprendre beaucoup. Tu as sans doute vécu des situations d’échec à l’issue desquelles tu t’es dit que cette mauvaise expérience te servirait de leçon ? C’est exactement ce que tu dois voir en l’échec : une leçon, un apprentissage essentiel à ta progression. On ne naît pas en sachant tout. N’aie pas peur d’apprendre, n’aie pas peur d’échouer. Tu en ressortiras bien plus forte.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :